BIOGRAPHIE

Monsieur François Nicéphore Kakese Malela est né le 11 mai 1956 à l’hôpital de l’église protestante de Mukedi à 5km du village de Kifuza dans le secteur de Lozo, Territoire de Gungu, District de Kwilu, Province du Bandundu. Il est de nationalité congolaise. Son feu père qui portait le nom de Mundedi Malela était originaire du village de Nenga dans le Territoire d’Idiofa, District du Kwilu, Province du Bandundu. Sa mère, en vie, porte le nom de Lubanza à Sumba. Elle est originaire du village de Kifuza désigné ci-avant.

fk_02Il a fait ses études primaires comme suit : la première année et la deuxième année à l’Ecole primaire de Gungu où son grand-frère Félix Mabelo était enseignant ; de la troisième à la cinquième année au Poste de Matamba dans le Territoire de Masimanimba où son oncle maternel Baudouin Gimbonza était enseignant ; la sixième année à l’école primaire catholique de Jassa Bonga. Ce n’est qu’en 1964, à l’âge de 8 ans qu’il a commencé à fréquenter l’école, donc avec un retard de 2 ans, suite à la rébellion muleliste commencée dans le village de Kifuza, qui a obligé sa communauté à vivre quelques trois ans cachée en forêt. Ceci explique sa forte compassion vis-à-vis des populations victimes de guerres et d’actes de violence dans notre pays, ainsi que son attachement tout particulier à la paix.

Quant aux études secondaires, il les a menées de la manière suivante : la première année et la deuxième année à Jassa Bonga chez les frères Josephites. De la troisième année à la sixième année au Collège Jean 23 de Kilembe. Il a obtenu son diplôme d’Etat des humanités pédagogiques en 1977.

De 1978 à 1979, il a bénéficié de la formation pré-universitaire au Centre Pré-Universitaire de Kananga. A l’issue de cette formation il a été orienté vers la médecine. Il a choisi de faire la médecine vétérinaire. Il a obtenu son inscription à la Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Lubumbashi en 1980.

En 1989 il obtient le diplôme de Docteur en médecine vétérinaire. Son opposition ouverte au régime de la deuxième République lui a valu de subir plusieurs fois des actes de représailles du régime et de mener ses études universitaires avec grandes difficultés. C’est ainsi qu’en 1984 il a été renvoyé de l’Université pour avoir voté « rouge » c’est-à-dire contre le candidat unique du Parti-Etat. Il a alors fait une année sans étudier. Il n’a été repris à l’Université qu’au courant de l’année académique 1985-1986 suite à l’intervention de quelques professeurs de la faculté de médecine vétérinaire qui nourrissait de la sympathie pour sa personne, dont particulièrement Madame le Professeur Bourgeois. En 1988, Monsieur François Nicéphore Kakese Malela a été chassé des cités universitaires pour avoir dénoncé la destruction de l’âme des congolais par un système hostile à Dieu et aux valeurs chrétiennes. Il été accusé d’avoir incité les étudiants à refuse de participer à la semaine idéologique du MPR. Il a été traité de fou par certaines personnes qui ne comprenaient pas son activisme contre un système auquel tout le monde semblait s’être accommodé. Heureusement pour lui, cette fois il a été autorisé à poursuivre ses études.

Ce sont les Professeurs Senn, de nationalité allemande, et Bourgeois, de nationalité belge, qui vont s’organiser pour lui obtenir un logement à la clinique vétérinaire de l’Université de Lubumbashi qu’il a occupé jusqu’à la fin de ses études universitaires en juillet 1989.

En septembre 1989, pour se mettre à l’abri de la vengeance du régime en place, et aidé par quelques personnes de bonne volonté, il quitte son pays pour aller s’installer en Afrique du Sud. En 1990, il est engagé comme Assistant Vétérinaire au Département de la production des vaccins à l’Institut National de Recherche sud-africain nommé Ondersteport de Pretoria Nord. En 1993, jusqu’en 1996, Il est nommé Inspecteur du Ministère sud-africain de l’Agriculture à Talton Ostrich Galore et chargé de l’inspection de la viande rouge exportée en direction de la CEE (devenue Union Européenne). Suite à la qualité des services rendus à ce poste, il a reçu en 1996 l’offre d’aller travailler au Département de l’Agriculture et Elevage de la Grande Bretagne. Mais ne voulant pas s’éloigner davantage de son pays où il rêvait de rentrer un jour pour le servir, il a décliné ladite offre.

En 1997, il a démissionné de son poste au Ministère sud-africain de l’agriculture pour créer une société internationale de consultance nommé ACF Agro-Vet. International. Une branche de cette société a été créée à Lubumbashi avec mission d’assister les agriculteurs et éleveurs locaux à améliorer leurs méthodes de production. Ladite société a participé à la conception et au développement de nombreux projets agricoles et d’élevage dans certains pays d’Afrique et d’ailleurs, à savoir l’Angola, la Namibie, le Nigeria, la RDC, la Zambie, l’Arabie Saoudite et l’Argentine. L’expertise d’ACF Agro-Vet dans ce domaine a été reconnue et appréciée dans tous ces pays. La société a aussi participé à la vulgarisation et à la promotion de l’utilisation de produits vétérinaires et d’intrants agricoles en RDC, dans le cadre d’un partenariat avec les maisons allemande Bayer et française Mérial.

Le 06 février 2009, Monsieur François Nicéphore Kakese Malela, interpellé par l’état malheureux de son pays où il se rend pratiquement chaque mois dans son habitation a Lubumbashi, est convaincu de se lever et de créer un parti politique pour amener le changement dans cette patrie qu’il a toujours aimée et voulu servir. Ce parti est nommé l’Union pour le Réveil et le Développement du Congo, URDC en sigle. Il en est le Président du Comité Exécutif National. Le parti a été enregistré le 1er décembre 2009. Depuis lors il ne cesse de s’affirmer comme l’une des forces politiques d’avenir en République Démocratique du Congo. Sa vision pour un Congo nouveau, son projet de société, ses objectifs, ses valeurs, sont exposé dans son site web dont l’adresse est www.urdccongo.org.

Monsieur François Nicéphore Kakese est un chrétien dont l’attachement profond à l’Eternel est remarquable dès le premier contact avec lui. Pour lui, servir le Congo, c’est en fait servir Dieu pour la réalisation de la vision d’un nouveau Congo mis au standard des valeurs chrétiennes, débarrassé des tares qui bloquent son développement, et se prenant en charge pour assumer son destin de grande nation africaine. Le Président de l’URDC a été nourri aux valeurs chrétiennes depuis sa tendre enfance par sa mère qui ne cessait de lui dire que sans l’appui de Dieu, il ne pouvait jamais réussir dans la vie. Le contact avec la parole de Dieu s’est intensifié lors de son passage dans des écoles conventionnées catholiques et plus tard par sa vie chrétienne passionnée. En tant que homme politique, sa culture chrétienne lui vaut d’être reconnu comme un homme intègre, aimant l’ordre et le travail assidu, et faisant preuve de grand patriotisme.

Il est marié à Madame Mbuyi Florence et père de trois enfants. Il réside présentement en Afrique du Sud. Ayant toujours eu la vision de retourner vivre en RDC, il a déjà construit une habitation pour sa famille dans la ville Lubumbashi où est installé le siège de ses affaires au Congo.